Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Oct

Ma première séance de cinéma

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #souvenir

Ma première séance de cinéma

Il y a loin de l'image au texte. Dans ma petite tête d'enfant, je n'imaginais pas ce soir-là que mes pas me porteraient, des années plus tard, jusqu'aux portes d'Hollywood. Le cinéma fait rêver ou réfléchir, question de tempérament ou...d'âge. Il y a quelques années, les films étaient tout simplement invisibles pour beaucoup de gens, faute d'infrastructure et dans les campagnes reculées de nos régions, beaucoup plus peuplées qu'aujourd'hui, le cinéma n'existait tout simplement pas, réservé aux citadins. Néanmoins, dans certains villages, par le biais d'associations, des projections étaient organisées, dans la salle des fêtes locale ou à l'école communale. J'habitais à l'école, mon père instituteur y disposait d'un logement de fonction. Il organisait régulièrement des projections dans la cantine transformée pour l'occasion en salle de cinéma. Moyennant une somme modique, chacun pouvait venir admirer tel ou tel classique, pas la dernière nouveauté, c'était sans importance mais voir Gabin ou Marilyn Monroe suffisait à remplir la salle, Mes parents assistaient à la séance. Ce soir-là, je devais avoir quatre ans, mes parents m'avaient laissé seul à la maison, contigüe. Le film commençait vers 20 heures 30. On jouait à guichets fermés et toute cette agitation ne m'empêcha pas de m'endormir, excité malgré tout et je me réveillai très vite suite à un mauvais rêve. Seul dans la maison, je pris peur et, entendant du bruit, je sortis dans la cour de l'école, en pleurs. Voyant la lumière du projecteur par la fenêtre de la cantine, fuyant l'obscurité menaçante de la cour de l'école, je rentrai précipitamment, interrompant de ce fait la projection. Ma mère, proche de la porte, un peu gênée, me prit dans ses bras sous les regards attendris et...impatients des spectateurs et la projection reprit.

O bonheur indicible, devinez quoi, c'était un dessin animé de Walt Disney, Cendrillon, qui me plongea dans une béatitude toute enfantine. Tout en suçant mon pouce, sur les genoux de ma mère, j'assistais à ma première séance de cinéma, comme un grand que j'étais devenu. Je garde en mémoire le bruit du projecteur, loué pour l'occasion et revoyant Cendrillon beaucoup plus tard, avec mon fils, puis avec ma fille sur une cassette vidéo, je me disais que rien ne remplace la magie des salles obscures.

Commenter cet article

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...