Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 Mar

Voyeur

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Voyeur

Je suis à la maison, le souffle court, pas le souffle coupé, ni ma voix réduite au silence. Dans le grand bazar médiatique, je prends, je m'en aperçois, ce qui m'arrange. C'est humain. Quelquefois, dans un bistrot, sirotant mon café, je tombe sur le journal local ou un quotidien national que je n'achète jamais. J'écoute aussi dans ma voiture, d'une oreille distraite, les émissions à connotation sociologique, écologique, politique, culturelle. Je bois l'information en continu. Je suis une mosaïque, fragile assemblage de multiples influences,

Je ne peux rester insensible aux malheurs du monde et me sent impuissant. Quand cette impuissance devient insupportable, je coupe le son et l'image. L'inertie de ce flux me poursuit quelque temps et disparaît. Je reste seul. C'est apaisant la solitude, silence égoïste. Parenthèse vite refermée, les images et les sons remontent à la surface, s'entrechoquent, vous heurtent à nouveau. Je ne suis pas seul, moins que jamais. Dernière image en date, ces réfugiés à la frontière autrichienne, pluie, boue et désespoir, surcharge de pathos, la caméra isole un sujet, une femme glisse sur le sol gorgée d'eau, son enfant dans les bras. Image suivante, une autre femme en fauteuil roulant, engluée dans la terre détrempée, seule, pleure. Le journaliste interroge, réponses inaudibles, regards perdus.

Sur l'île de Lesbos, les pêcheurs n'en peuvent plus, ont peur de prendre la mer, sauveteurs et témoins quotidiens, acteurs malgré eux de ce désastre. Ici, les autorités sont dépassées. Il ramasse les cadavres échoués sur la plage, des enfants, le plus terrible, sans parents, qu'il enterre dans une tombe anonyme. Plus loin, il montre, derrière une colline, une montagne de gilets de sauvetage, décharge orange, personne ne sait qu'en faire. Et puis il râle, un peu, contre les bonnes âmes, les humanitaires qui viennent soulager leur conscience, quelques jours et des célébrités, tel chanteur connu ou actrice de renom. Il dit: tout le monde sait, toute la planète est au courant mais c'est moi qui ramasse les corps sur la grève.

Je suis dans mon bureau et j'entends cet autre pêcheur grec : Pourquoi ne repartent-ils pas avec des réfugiés, ne les accueillent-ils pas chez eux, dans leurs maisons, tous ces voyeurs ? Je me sens de nouveau impuissant. Nos gouvernants, censés oeuvrer, calculent, tergiversent et l'on sent confusément une impossibilité fondamentale, l'empathie n'est pas un mode de gouvernance, l'impuissance ici aussi se conjugue au quotidien.

Commenter cet article

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...