Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 Nov

Mercy, Mary, Patty / Lola Lafon / Ed Actes Sud

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #LIVRES

Mercy, Mary, Patty / Lola Lafon / Ed Actes Sud

Avis paru dans BABELIO

 

Je me souviens de cette histoire, j'avais 18 ans lorsque Patti Hearst a été enlevée puis a rejoint la cohorte de révolutionnaires idéalistes, un brin suicidaires aux USA, qui se multipliaient en Occident. Je le sais, j'en étais. Je n'ai commis aucun braquage mais ce personnage de gosse de riche, celui-là étant particulièrement puant, m'était sympathique "a priori". le manichéisme de l'Amérique et de ses valeurs, structure le pays, sécurise (sic) bon nombre de gens, mais exclut très violemment ceux qui rejettent le système. Personne ne comprend comment une jeune personne gâtée par la vie peut haïr à ce point un bonheur que toutes et tous lui envient. Elle n'est forcément pas "normal", psychologiquement perturbée, c'est une jeune fille fragile, qui a été manipulée, il ne peut en être autrement.
Aux Etats-unis, l'accumulation de biens est l'alpha et l'oméga de la réussite sociale et individuelle, celui qui rejette ce postulat est un ennemi du pays, un communiste, suprême insulte, un type à abattre. C'est ce qui va se passer: la violence disproportionnée utilisée pour anéantir le groupuscule n'est qu'un élément du malaise engendré par ce vrai-faux enlèvement. Patti-Tania a trahi son camp, son pays, sa classe et si elle le fait, d'autres peuvent aussi passer à l'acte, il faut frapper fort, devant le monde entier.
La fascination-répulsion est caractéristique de l'époque. Les vieilles structures familiales craquent, laissant sur le bord de la route des ados en déshérence, en quête d'identité et d'absolu, la recherche du confort matériel ne suffit plus à nourrir une soif de justice et d'équité, le tout sur fond de guerre du Vietnam, de libération de peuples opprimés à travers le monde. Cette quête est noble et juste, souvent mal orientée, aboutissant à une perte d'illusions, propre du passage à la vie adulte. Les narratrices du roman y laissent des plumes et l'on se demande, en filigrane, si l'auteure elle-même n'a pas eu à gérer ce paradoxe.
Le sort de la fille Hearst est emblématique à cet égard, retour à une réalité sociale plus confortable, schizophrénie assumée et retraite paisible, fermez le ban.
On ne peut s'empêcher d'établir un effrayant parallèle avec les enfants perdus de l'Occident partant faire le djihad aujourd'hui. Notre matérialisme effréné n'est décidément pas à la hauteur des espérances de nos enfants.

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...