Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 Jan

On dirait le Sud...

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #VOYAGE

On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...
On dirait le Sud...

Un voyage trop parfait, ça ne colle pas. On se doit d'être surpris, même désagréablement, sur le coup, c'est pénible mais une fois rentré à la maison, vous avez un truc à raconter, une galère qui rend votre périple plus "aventureux". Dans mon cas, je cherche et je ne trouve pas de désagrément particulier. C'est ainsi, il n'empêche que je suis fort satisfait. J'ai vu à peu près ce que je voulais voir, passé d'excellents moments, en compagnie ou solitaire. Le seul regret est la durée: quinze jours, c'est court dans un pays où l'appel de la route se fait toujours pressant, les grands espaces s'offrent à vous, Est, Ouest, Nord, Sud, les quatre points cardinaux sont autant de directions à prendre sans limites apparentes. Une prochaine fois semble inévitable.

Aujourd'hui, nous sommes encore à San Francisco, changement de quartier, excentré, "Mission" est sud-américain dans son peuplement et cela se voit. Pourquoi y aller ? Pour les peintures murales, le street art, appelez ça comme vous voulez ...L'explosion de couleurs rehausse les murs un peu tristes d'habitations et d'entrepôts un peu fatigués, quelques tableaux naïfs typiques parsèment les arrières-cours, sans plans concertés, quelques murs de parkings de supermarchès sont autant d'appels à la révolution, dans le plus pur style zapatiste, voire inspirés des fresques de Diego Rivera, le peintre mexicain. La photographie ne rend qu'imparfaitement l'ampleur du travail accompli. J'ai arpenté les rues de ce quartier toute une matinée, la lumière était parfaite et la température, juste ce qu'il faut.

Je quittai cette ville à regret, me promettant d'y revenir, différemment, c'est que l'on dit à chaque fois. Je ne savais où aller quand, jetant un oeil sur la carte, je vis la ville de Salinas ainsi que, plus haut, celle de San José, antre des multinationales de la Silicon Valley.

Le choix fut vite fait, direction la patrie de J.Steinbeck et son musée, comme me l'indiquait judicieusement le guide du routard:  halte intéressante sur la route du sud.

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...