Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 May

Etat second, Klimt

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Etat second, Klimt

Bizarre, bizarre, vous avez dit bizarre, comme c'est étrange...vous connaissez la suite. J'ai comme un sentiment étrange depuis quelques semaines, un mélange d'angoisse et de bonheur Il y a désir de changement, c'est indubitable, humain, géographique, culturel aussi. La fragilité qui touche les personnes en phase de changement profond peut, et doit se transformer en force motrice, j'en suis convaincu, j'essaie de m'en convaincre et de faire passer le message. J'ai cette fragilité, d'où une certaine réserve ou, au contraire, une certaine volubilité, artifice bien connu des grands timides. Je m'aperçois que je n'ai rien écrit sur ce blog depuis une semaine. Je reviens pour chercher des réponses, parler au monde entier (potentiellement !) et refermer l'écran, penaud. L'actualité suit son fil, je ne commente pas, pour une fois. 

J'ai une petite annonce à passer . Je cherche un livre des Ed Citadelles sur Klimt, paru il y a quelques années. Apparemment, il n'est plus disponible, si vous entendez parler...

A cet instant, je vous écris d'une chambre d'hôtel, à Paris, dans le quartier Montparnasse. L'établissement est correct et calme et comme tous les lieux de passage, propice à une plongée hors du temps, être ailleurs permet de se retrouver, aucune interférence dans un décor anonyme qui puisse perturber le vide intérieur nécessaire à une remise à plat de ses fondamentaux, ou prétendus tels. Je me souviens de ce médecin chez qui je passais une fois par moi, pour parler, de tout, de rien, du temps qui passe, du temps passé essentiellement, entrevues mensuelles suite à forte addiction en voie de guérison. Cette personne m'a beaucoup apporté, c'était une femme, elle ne m'était rien, juste un réceptacle à mon trop plein d'émotions, de sensations, que je ne pouvais décemment pas partager avec mon entourage. Quand j'y repense, là, cette chambre quelconque remplit le même office, le réceptacle de mes doutes. La chambre est muette, ne juge pas, ne se protège pas contre mes angoisses, elle est un lieu, fonctionnel et neutre. J'admire le travail de ce médecin et de ses collègues. Le taux d'échecs en addictologie est énorme et voir revenir d'anciens malades, encore plus atteints, doit être difficile à vivre.

Je ne suis pas revenu.

Pas guéri, personne ne l'est, en sursis mais qui peut durer jusqu'à ...la mort.

Dire aux gens qui m'aiment (il y en a), que certains passages de la vie sont difficiles, que ma fragilité latente mute petit à petit.

Motel à Monterey

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...