Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 May

Paris, 21 rue du Montparnasse

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Depuis trois ans, j'alimente ce blog de mes humeurs diverses, vie politique, avis de lecture et compte-rendus visuels de mes pérégrinations planétaires. A aucun moment, je n'ai évoqué mon travail, celui qui paie mon loyer, qui m'a permis de courir le monde, financé les études de mes enfants. Ce n'est pas anodin, une vie professionnelle, elle vous prend votre temps, votre énergie, vous donne, ou pas, un statut social, c'est selon l'importance que vous y accordez. Soit vous vous réalisez , soit c'est purement alimentaire, souvent un mix des deux vous permettant un chemin de vie plus ou moins confortable. Je m'aperçois en écrivant ces lignes que je n'ai pas mentionné le nom de l'entreprise qui m'emploie encore pour quelques semaines; méfiance emblématique, réflexe de protection contre une éventuelle inquisition, paranoïa plus ou moins justifiée. Le nom de la société a peu d'importance. J'ai donné l'adresse, vous faites le lien, c'est un lieu historique. Je me souviens très bien de ma première visite. Les lieux ont beaucoup changé depuis. En 1989, l'agencement de l'immeuble n'avait pas bougé depuis le début du siècle. Les bureaux sentaient le vieux, l'escalier monumental  avait eu son heure de gloire et les portes grinçaient. Les ordinateurs à écran cathodique dénotaient dans ce décor désuet. J'eus droit à une visite guidée des locaux de cette vénérable maison d'édition, le clou de nos déambulations fut la salle de rédaction, immense pièce, haute de plafonds, ceinte de murs d'étagères remplies d'encyclopédies, open space avant l'heure, bureaux écritoires à côté desquels trônaient quelques terminaux informatiques. Très impressionnant pour moi, la solennité du discours de mon hôte du jour, mon supérieur hiérarchique, faisait peser sur mes jeunes épaules la lourde responsabilité de porter la bonne parole sur les routes de France. En quittant les lieux, j'étais persuadé du côté sacré de ma mission civilisatrice, des vertus pédagogiques de mon travail de représentant. Les aléas économiques qui frappèrent cette respectable institution douchèrent mon enthousiasme assez rapidement mais aujourd'hui encore, quand je viens dans ces lieux, par delà leur géographie interne, je revis ce moment de naïveté avec émotion.

Dans quelques semaines, cette page de ma vie va se tourner, celle qui suit reste à écrire, les outils existent, les gens que j'aime sont présents ou ne sont pas loin, et si mon corps ne me trahit pas, j'ose envisager quelques moments d'exception dans les années à venir.

Merci à vous de me lire .

Bises

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...