Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 Jun

Le premier jour du reste de ma vie...

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Le premier jour du reste de ma vie...

A l'heure de la fin d'activité, il faut rester serein, ce qui n'est pas obligatoirement mon cas. Plus de client à voir, une grande liberté d'action, quelques soucis logistiques à résoudre et je me retrouve sans obligation.

Il est 6 heures du matin en ce samedi 16 juin 2018. Temps calme, pas d'orages en vue, ni dans le ciel, ni dans les têtes, la coupe du monde de football commence, les gens sont occupés, tout va bien pour notre prince national, la réforme de la SNCF est passée à l'Assemblée Nationale, la grève peut s'arrêter et les syndicats peuvent encore de demander à quoi ils servent et où ils ont pêché pour atteindre un tel degré d'indifférence. La mienne, sans doute, à l'heure où je quitte le monde professionnel pour marcher vers l'inconnu, à plusieurs titres.Je suis parfaitement conscient des soubresauts, des douleurs occasionnées par ma démarche personnelle, motivée par des sentiments qui ne souffrent d'aucun doute et sur lesquels je n'accepte et n'accepterais aucun jugement, quel qu'il soit et d'où qu'il vienne. C'est dit et que chacun balaie devant sa porte, établisse son autocritique et je serai à même, non de comprendre, mais de jeter un oeil sur le tombereau d'injures dont j'ai été l'objet.

Ceci dit, je savoure pleinement ce premier jour du reste de ma vie, pastichant ainsi un film sensible dont nous gardons en mémoire la justesse du ton et la proximité des situations. Aucun parallèle n'est à établir, je ne suis pas malade et ne souffre, pour l'instant, d'aucune pathologie. Je vais quitter une région dans laquelle je suis arrivé...seul et de laquelle je partirai...seul. Après plus de vingt et une années dans les Alpes, la Bretagne me rattrape par la manche. Elle ne m'a jamais quitté, n'ayant jamais été aussi habité par mes origines qu'hors des frontières des terres qui m'ont vu naître. Je n'ai rien d'un nationaliste breton mais l'identité nationale dont on nous rebat les oreilles à propos de la France n'a de sens à mes yeux que dans le sentiment d'appartenance à une mémoire collective, chacun s'y construit, dans son aire géographique. Le village dans lequel j'ai grandi n'a rien d'extraordinaire, mais les souvenirs, visuels, olfactifs et sonores qui s'y rattachent m'ont construit, je le sais aujourd'hui, moi qui ai vécu plus souvent ailleurs, dans moult endroits. Ici, je ne suis rien, là-bas, je fais corps avec les éléments, eau, terre, vent, etc...L'onirisme peut sembler excessif, c'est ainsi, à cette heure du premier jour du reste de ma vie. Je laisse derrière moi beaucoup, beaucoup de relations de qualité, professionnelles et autres, de personnes disparues, de tous ces êtres qui vous entourent le temps d'un parcours, vous soutiennent dans les moments difficiles, s'enflamment avec vous pour une noble cause, se saoulent, de mots et d'alcool, plus que de raison, vous calment, vous aiment, vous détestent, vous jettent et vous reprennent, vous serrent dans les bras, vous engueulent, je ne citerai aucun prénom ici, juste une chose :

Je vous aime.

Image chère à mon coeur.

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...