Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
01 Jul

L'été meurtrier 1983-2018

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

L'été meurtrier 1983-2018

35 ans après ce film qui affola les hormones des jeunes mâles de l'époque, dont je faisais partie, je suis officiellement hors du champ professionnel depuis aujourd'hui. Je ne pouvais en 83 m'empêcher de rapprocher le personnage d'Isabelle Adjani d'une personne que je connaissais fort bien et qui arborai le même genre de tenue vestimentaire, un comportement à la limite de la folie, maîtrisée, jusqu'au franchissement de la ligne rouge. Je ne fus que Pompon, personnage masculin désemparé...Le parallèle s'arrête là, le roman de Japrisot se termine mal, mon histoire ne se termine pas, les protagonistes sont en liberté, chacun dans son univers.

Pourquoi je vous parle de ce film ?

Je sais pourquoi mais je vous parlerai d'autre chose, ma vie sentimentale ...

Je déménage dans quinze jours, dans l'incertitude la plus totale quant à un lieu de villégiature pérenne, tel qu'un retraité ordinaire peut souhaiter. C'est perturbant, mais non déstabilisant. Je pose mes affaires personnelles dans un lieu de stockage anonyme, je garde le strict nécessaire pour vivre au quotidien, je règle quelques dossiers et je pars en voyage, version light, camping, pas de réservation, direction le Cap Nord.

Je mets ça noir sur blanc, histoire de ne pas me perdre en route, le diable se nichant dans les détails, il faut rester vigilant. Comme me dit quelqu'un, c'est technique, oui, très chère et tendre, ça l'est mais les démarches ont tendance à rester lettre morte si personne ne s'en occupe. Notre ami La Palisse, qui ne disait pas que des bêtises, aurait opiné du chef, s'il était toujours de ce monde. Au milieu de mes cartons, je me projette dans le port de Stavanger, en Norvège... J'adore ce nom : Stavanger, Il résonne comme un titre de roman d'espionnage, la musique des mots a de ces résonances quelquefois, étrange.

Quoi de neuf:

La France a gagné, je parle football, oui, avec la manière, une fois n'est pas coutume.

Chaleur à crever,

Rien sur Macron aujourd'hui.

Je lis en ce moment une autobiographie de Tom Robbins. C'est laborieux comme lecture. Autant ses romans étaient déjantés et rafraîchissants,là, il raconte sa vie, avec son style décalé mais, à la moitié de l'histoire, on comprends pourquoi et comment il est devenu un octogénaire irrévérencieux. C'est un peu comme un "making of" au cinéma qui vous dévoile les secrets des effets spéciaux d'un film de S.F, la magie n'opère plus ensuite. Je suis resté très gamin sur ces choses-là, le père Noël n'existe pas !

Qu'importe, faisons comme si, il est trop important de rêver, éveillé si possible.

Aimer relève de cette absence de raison, si je sais pourquoi j'aime cette personne, je ne l'aime plus.

En image, Sienne

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...