Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 Oct

Un jour à New-York

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #VOYAGE

Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York
Un jour à New-York

Je n'ai rien trouvé de mieux comme titre de ce papier. Pour ne rien vous cacher, trouver un angle original ici, où tout a été dit, montré, ce n'est pas moi, français de base, photographe amateur et scribouillard patenté, qui vais révolutionné la vision d'une ville plus fantasmée que vécue. Je dis ça afin d'éviter tout malentendu. Je suis venu dans cette ville à 40 ans, pas avant et pourtant, j'y serais bien venu avant, mes lectures, d'Hubert Selby à Paul Auster, mes films, de Woody Allen à Martin Scorcese m'avaient inoculé une irrépressible envie d'y venir traîner mes guêtres. Las, m'y voici de nouveau aujourd'hui pour un cinquième passage, je n'ose dire séjour, le temps d'apprendre la ville et vous êtes reparti. Je suis seul, c'est la première fois que j'assume mon fantasme new-yorkais, auparavant, j'étais le guide, celui qui était censé savoir, pauvre fou, qui peut connaître un endroit pareil ? En 24 heures, j'ai revu ma copie mille fois, mon fantasme n'est pas la réalité, la littérature sous une plume experte rêve une ville, le cinéma l'embellit et rend belles les ruelles les plus sordides. La ville est sale, bruyante, mal entretenue, sauf l'hyper centre touristique, inégalitaire comme nulle part ailleurs, et très chère. inaccessible à la plupart de ses 8 millions d'habitants. Elle est devenue fréquentable et n'est plus un coupe-gorge, les sdf et autres malheureux ont été priés de quitter la ville. L'image est restée, le cinéma, donnant à la cité une aura sulfureuse, suscitant une montée (légère) d'adrénaline quand vous l'évoquez. La gentrification touche la plupart des quartiers, de Brooklyn à Harlem, rejoignant ainsi des villes comme Paris et surtout Londres, éjectant les plus modestes vers de lointaines banlieues, grande spécialité américaine, ils en sont les créateurs, si j'ose dire.

En tant que touriste, tout va bien,seul l'hébergement reste onéreux mais la multiplication de l'offre chez le particulier pallie le coût, faire attention toutefois, la qualité n'est pas toujours au rendez-vous, exemple de mon gîte actuel, pas top mais un lit, une salle de bains très limite, un peu frais aussi mais...calme, ce qui est plutôt rare dans le coin,vérifier avant de partir. New-York n'est pas l'Amérique, dit et redit, c'est une capitale financière culturelle et intellectuelle, symbole de la toute puissance, avec une élite sur-représentée, une attractivité pour les cerveaux et un repoussoir pour les autres. C'est un autre sujet. Les attractions sont diverses, musées,entre autres, et la ville en elle-même, mouvement perpétuel, fourmilière chaotique, qui recycle tout, y compris ses propres traumatismes, le WTC ne pouvait rester un simple lieu de commémoration, c'est redevenu un centre d'affaires et un lieu touristique lié à la mémoire collective, réussite architecturale s'il en est mais ici, l'argent ne manque pas, restez devant, coûte que coûte.

Les photos sont nombreuses, le choix sera difficile, un peu plus que les jours précédents.

Bises

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...