Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 Jun

Un village français, Laurenan

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Je suis dans un téléfilm, vous savez, le cinéma sans les moyens, personnages stéréotypés, situations convenues, acteurs surjouant, évènements anodins ridiculement grossis et ennui mortel. C'est moi qui joue mal. Qu'est-ce que je fais là ? Ce n'est pas tant les protagonistes qui sont en cause, chacun est dans son rôle, le prend à coeur, j'ai juste pris le film en route, je suis rentré par la porte derrière l'écran. J'en étais sorti par la même porte il y a quelques décennies, les acteurs ont changé, la génération suivante et quelques rescapé(e)s de mon âge, de retour au pays. Les natifs et les autres, les manuels et les autres, moins nombreux, qui se retrouvent, forcément, ils se cherchent, étant moins nombreux, elles et ils se reconnaissent, se fréquentent, s'organisent, parlent la même langue, important le code des mots, un marqueur social, professionnel même. Le comportement est étonnant, outrageusement positif, en opposition au pessimisme ambiant des gens "oubliés", loin de la ville, décideuse de destins, de ceux-là assurément, en creux, d'un coup de crayon, un centre hospitalier ferme, un centre des impôts également, et pendant ce temps, ceux qui savent ou pensent savoir, s'agitent, se rassurent sur ce qu'ils ou elles sont censées apporter à ces habitants, font des projets, concepts citadins transposés dans une campagne qui se délite. Et tout à coup, le discours sonne creux, les gens ne sont pas là, pourquoi ?

Je ne sais pas, moi, si on leur demandait ?

Dans mon village, il n'y a plus de boulangerie, plus de bar et le restaurant vient de fermer. En résumé, il n' y a plus de commerces dans une commune de 750 habitants.

Un dépôt de pain ouvre trois jours par semaine.

Epicerie, bar, telles sont les projets d'une association, bénévolat obligatoire.

Dans une commune mourante, l'associatif est censé redonner vie au commerce de proximité. L'économie a abandonné le terrain, ce n'est pas bon signe. Pourquoi un mode opératoire connu pour sa lenteur décisionnelle serait-il plus efficace ?

Je ne sais pas, je participe à ce projet, j'aime les causes désespérées, c'est pourquoi je suis là.

Image : un Picasso, 1905 je crois.

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...