Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 Oct

D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #VOYAGE

D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)
D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)
D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)
D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)
D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)
D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)
D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)
D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)
D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)
D'Hervey Bay à Emerald (Queensland)

D'un lieu inconnu à un autre lieu inconnu, forcément, ça ne parle pas à grand monde. 710 kms, et quand vous regardez sur la carte, vous vous dites : c'est tout ? Et il me reste...Oh, non !! Départ ce matin vers 7h30, deux arrêts et stop vers 17 heures, cause nuit qui tombe dans une heure et les kangourous ne font pas bon ménage avec les autos la nuit, aveuglés qu'ils sont par les phares. C'est un vrai massacre sur les routes sachant qu'il y en a près de 50 millions dans le pays, rouler la nuit est VRAIMENT dangereux, certains font près de deux mètres, et tous se font pulvériser par les camions géants, les Road trains. Les cadavres sont nombreux sur le bord des routes. Ces fameux camions sont réellement impressionnants et tenir fermement son volant quand on les croise n'est pas accessoire. Le mythe de la route est peuplé de créatures motorisées issues de ces véhicules bien réels. Le premier film de Spielberg, Duel, se déroule dans un décor comme aujourd'hui, on ne voit à aucun moment le chauffeur du camion, on ne le voit qu'à la station-service, descendant tranquillement de sa cabine. Si le camion démarrait tout seul, la scène serait presque... normale. La station-service, indispensable, vitale, dans ces immensités, carburant, nourriture, boisson et repos mérité sont dispensés dans ce lieu de rencontres, concentré de solitudes croisés, chacun filant vers une destination inconnue. Il y avait un convoi exceptionnel, courant ici, qui prenait toute la largeur de la route, c'est en prenant du carburant que j'ai vu le museau du camion garé à l'arrière des bâtiments, avec son chargement, lequel étant un autre monstre mécanique, destiné à la mine de charbon géante, quelques kilomètres plus loin. Le conducteur du convoi vérifiait son attelage, je lui ai touché deux mots, il semblait très fier de me donner la capacité de chargement de l'engin, 160 tonnes de charbon d'un coup. C'était curieux car il n'y avait pas les roues, ni la benne, juste l'avant et les éléments motorisés, avec ses quatre phares, ses yeux tournés vers l'arrière. Etrange de voir un camion sur un autre camion.

La nature de chaque côté de la route est d'une sécheresse à faire peur, nous ne sommes qu'au printemps et les vaches qui broutaient ne semblaient pas bien épaisses, enfin, elles étaient "au large", élevage extensif oblige. Ici, dans le Queensland, vous avez deux saisons, celle des incendies et celle des inondations, charmant endroit où des gens habitent, pas beaucoup, certes, pour l'entretien je suppose ou...creuser des trous, pour le charbon ou autre chose.

Un jour sur la route, et demain sera une autre traversée, de plus en plus sèche.

Bises

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...