Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 Oct

Jusqu'à Byron Bay...

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #VOYAGE

Jusqu'à Byron Bay...
Jusqu'à Byron Bay...
Jusqu'à Byron Bay...
Jusqu'à Byron Bay...
Jusqu'à Byron Bay...
Jusqu'à Byron Bay...
Jusqu'à Byron Bay...
Jusqu'à Byron Bay...
Jusqu'à Byron Bay...
Jusqu'à Byron Bay...

Ce nom ne vous dit rien, à moi non plus, jusqu'à aujourd'hui. Depuis Gosford, au nord de Sydney, j'ai pris la Pacific Highway qui remonte l'Etat de Nlles Galles du Sud jusqu'ici, à la lisère du Queensland, la bagatelle de 900 kms, une broutille en Australie. Deux jours de sauts de puce entre l'autoroute et la côte, succession de stations dédiées au surf, à la pêche, pas de voiliers, difficile en effet, l'océan n'a pas les vents qu'il faut apparemment. Pour accéder à la mer, je traverse des forêts d'eucalyptus abritant quelques palmiers, routes cabossées ou pistes compliquées. Le rivage se mérite sauf certaines portions très urbanisées, la majeure partie de la côte est souvent inaccessible, souvent protégée par une myriade de Parcs naturels, c'est le royaume des randonneurs.

Toutes ces images sont des cartes postales, je m'en rends compte, tout semble aller "tellement bien" ici, chaque chose est à sa place, les gens sont gentils, que demander de plus ?

J'ai vu un reportage épouvantable à la TV sur le sort réservé aux chevaux de course une fois à la retraite : l'horreur et comme souvent à la télé australienne, rien ne nous est épargné, le côté obscur des gens bien élevés, je suppose. Même dans la rue, j'ai vu peu d'obèses contrairement aux USA, belles voitures, rues propres, pas de sdf à Sydney, everything is perfect. J'ai lu une histoire condensée du pays qui commence par des condamnés, bagne de l'Empire britannique, puis la chasse à l'aborigène, aujourd'hui pourvu de réserves gigantesques et...inhabitables, et aujourd'hui, ces migrants que l'on parque sur deux îles au Nord-Ouest du pays, dans l'attente...d'on ne sait quoi. Ici, on rentre si on apporte quelque chose au pays, celui-ci manquant de main d'oeuvre, ceux que l'on "stocke", ne sont pas utiles, ne peuvent rentrer dans leur pays, en attendant, ils patientent sur deux îles qui deviennent, à la longue, de véritables prisons à ciel ouvert...dans l'indifférence générale puisque l'on vous dit que tout va bien sauf pour les anciens chevaux de race...dont on s'occupe depuis le reportage. Il faudrait enquêter

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...