Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 Apr

Jour 26 du grand n'importe quoi, il est 6h46 nous sommes le 12 Avril 2020

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Jour 26 du grand n'importe quoi, il est 6h46 nous sommes le 12 Avril 2020

Il y a des jours comme ça. Je me suis réveillé de mauvaise humeur. Un mal de tête menaçant, trop tôt et un sentiment diffus d'être pris en otage par des gens dans lesquels je n'ai aucune confiance. Entendons-nous bien: si je vais à l'hôpital, j'ai confiance. Je parle de ceux qui décident s'il faut des masques ou pas, s'il faut tester ou pas, s'il faut nous enfermer encore plusieurs semaines, responsable du discours ambiant via leurs larbins télévisuels. 35 millions de masques livrés à ce jour sur deux milliards de commandés en Chine, à ce rythme, la commande sera honorée en Juin...2021. J'apprends également que la fermeture des plages est d'une inutilité quasi totale, il suffirait de contingenter leur fréquentation, c'est la promiscuité qui provoque la propagation du virus, pas le grand air.

Nous avons atteint le plateau de la pandémie, mais attention, restez chez vous, il est à un niveau élevé. On s'en doute. Le nombre d'admissions diminue depuis plusieurs jours, la pression sur le système hospitalier sera moins forte, nous en sommes heureux pour le personnel, très aidé, comme chacun sait, par les pouvoirs publics (privés?). La pression sur le personnel de la grande distribution ne faiblira pas, elle s'accentue et pour cause . Les restaurants sont fermés, nous mangeons tous à la maison, ce qui fait exploser les ventes alimentaires, dixit une employée du magasin où je m'approvisionne, qui me dit en douce que le chiffre d'affaires n'a jamais été aussi élevé ! Je n'ai rien lu là-dessus, ce n'est pas la catastrophe pour tout le monde, et c'est tant mieux. J'en déduis que les produits consommés alimentent quelques entreprises, fermes et autres importateurs. L'économie tourne de ce côté-là. Il est évident par contre que personne n'achète de voiture en ce moment, ne programme de voyages, n'achète de maison ou d'appartement (je le sais !).

J'apprends également que l'Italie ré-ouvre ses librairies la semaine prochaine, avec les précautions sanitaires d'usage, bonne nouvelle pour nos amis transalpins, que le site de vente en ligne de produits alimentaires locaux dans mon coin de Bretagne a doublé ses ventes, très content pour eux, gens investis et sympathiques. Je grapille les bonnes nouvelles là où je les trouve, entre les complotistes qui prévoient une dictature mondiale et le discours officiel catastrophiste et infantilisant, j'essaie de garder la tête froide, un peu de lucidité, voir ce qui va, ne pas sombrer dans la paranoïa.

Deux livres en cours de lecture :

Une histoire populaire de la France de Gérard Noiriel, comme son nom l'indique, c'est l'histoire des gens du territoire qui est devenu la France aujourd'hui, intéressant, dense et très vivant. J'en ferai un compte-rendu.

La tempête qui vient , roman de James Ellroy, deuxième tome d'une tri ou quadrilogie, je ne sais plus, de l'auteur américain. Dense aussi, la vie des gens aussi, Los Angeles début 1942, juste après l'attaque japonaise, la parano s'installe sur la côte Ouest, haut en couleurs.

1400 pages de texte entre les deux ouvrages, un pour l'après-midi, l'autre pour le soir.

Deux avis de lecture à venir.

Ma mauvaise humeur retombe, il est 07h31, le jour se lève, beau temps prévu aujourd'hui.

Bises virtuelles

 

P.S : si je radote dans ces chroniques quotidiennes, n'hésitez pas une seconde à le faire savoir.

 

Image ; Santa Maria del Croce, Florence 2009

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...