Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 Jun

Deux années de retraite...enfin presque, mouvementée, je peux le dire.

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Deux années de retraite...enfin presque, mouvementée, je peux le dire.

Déjà deux années en dehors du circuit professionnel mais pas en dehors de la vie, c'est certain. Un peu de tout, comme d'habitude, positif, négatif, peu importe. Peu de regrets, ça dépend des soirs, quelques visages du passé se présentent à moi, définitivement absent(e)s ou non, je ne sais, il y a peu de certitudes en ce domaine, de doux moments suivis d'infinis tourments, de nuits blanches, stériles tours d'horloge jusqu'au petit matin, merci à Saint-Malo d'avoir offert son cadre somptueux, seul antidote à de fâcheuses postures que je croyais disparues à jamais. C'est beau une ville la nuit, disait Bohringer, les remparts de la ville corsaire sont venteux par une nuit d'hiver, le bruit des vagues n'apaise en rien les blessures de coeur, la belle image dans le salon enflamme l'imaginaire, tu te retournais et me regardais, interrogative : Que me veux-tu, opiniâtre breton, je ne suis pas là, je ne suis plus là, tu ne vois pas, tu ne veux pas mais ...qui sait ? Elle regardait la mer, toujours et encore, l'image est enveloppée, aujourd'hui entre les bulles, je te garde et te protège, qui sait en effet ?

Se bercer d'illusions est un luxe enfantin que j'aime pérenniser dans ma vie d'adulte, privilège de la naïveté, désillusions vite évaporées, l'horloge biologique n'a pas de prise, elle perturbe juste la bonne tenue du corps physique, misérable détail pour simple mortel.

Je bouge encore, disait La Palisse au soir de sa vie.

Je déménage, trois fois en trois ans, j'ai acheté, deux fois en deux ans et j'ai vendu, même rythme soutenu, les séparations ont une vertu : elle favorise le marché immobilier, la liberté de moeurs donne du tonus à la pierre en placement de bon père de famille, la morale est sauve.

Je bouge toujours, moins cette année, maudit virus, pas gagnée la perspective d'un voyage hors Europe s'avère délicate à envisager. Patience n'est pas le mot que je préfère.

Idiot non plus n'est pas un mot que j'aime, néanmoins, je devrais me l'appliquer dans ma relation à la politique locale, y mettre le petit doigt, puis le bras tout entier, fut une grossière erreur, à ne pas renouveler, sujet de préoccupation supplémentaire, moi qui n'en manquais pas, le mélange des genres encore et toujours.

Nous sommes le 30 Juin 2020, il est 19h17.

Je suis seul.

Pour la première fois depuis longtemps, je suis célibataire.

Bises

Commenter cet article
B
J’ai trouvé ce récit beau et triste à la fois.
La vie réserve de belles surprises, il faut être patient.
Répondre

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...