Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
02 Mar

Humeur

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #ACTUALITE

Il fut un temps où j'exprimai sur ce blog quelques opinions d'ordre politique, sur des sujets d'actualité ou plus généraux. J'ai arrêté, ne sachant plus où se situait le ressenti, forcément subjectif, si analyse il y avait et dans un contexte local, m'étant senti fortement instrumentalisé, d'un côté comme de l'autre et moi au milieu. Cette position vous vaccine (si je puis dire) contre toute rechute contre toute tentation de mettre son grain de sel là où il ne faut pas et, de plus, ayant quitté le territoire en question, je ne suis plus concerné par ce qui s'y passe. De loin en loin, je jette un oeil, je passe dire bonjour, prendre le café, et au revoir.

Toutefois, nous allons fêter dignement le premier anniversaire d'une guerre que nous pensions rapide, comme à chaque fois, nous nous sommes trompés et la plaisanterie macabre s'éternise. J'ai maintes fois donné mon opinion sur les errances décisionnelles, les voltes-faces et autres pas de danse de celles et ceux qui nous gouvernent, dont certains ont quitté le navire en pleine tempête, petites lâchetés politiciennes indignes, et je maintiens mon jugement sévère.

La mondialisation de la pandémie a donné à mes jugements un ton excessif, au vu de ce qui s'est passé ailleurs. Au fur et à mesure des avancées vers une résolution du problème, nous prêtons à nouveau le flanc aux critiques, sachant la richesse de notre pays, la compétence de son personnel médical, nous sommes à la traîne dans une campagne de vaccination, seule solution à ce jour, si vous en avez d'autres, dites-leur, dites-moi aussi, je suis preneur.

Mais comment un pays comme le nôtre fait-il pour cumuler les erreurs d'appréciation et surtout multiplier les interdits comme jamais ?

Tout a été dit sur des mesures de confinement, de couvre-feu, de fermetures et d'ouvertures alternées, on ne sait plus, ils ne savent plus.

Les médias en pleine hystérie de sécurité sanitaire invitent moult médecins, chacun y allant de son diagnostic alarmiste, semant le doute sur telle ou telle mesure, hors contrôle.

Aujourd'hui, des pans entiers de la vie sociale s'écroulent, cinémas, restaurants, activités culturelles et sportives, bars, concerts et j'en passe, là où des efforts avaient été faits, là où l'on sait aujourd'hui que, précautions prises, les risques de contamination étaient quasi nulles. L'essentialité est devenu un terme de sélection, terrible aveu sur des choix comptables à connotation libérale, avec un goût prononcé de calculs politiques. Verser des sommes colossales à des secteurs entiers plutôt que les consacrer à l'amélioration d'un système de santé dont les acteurs demandent avec insistance la remise à flots.

Il y aurait beaucoup à dire, je reste dans les généralités. Je revendique juste le droit de regard sur ce qui se passe là où j'habite, là où des gens censés s'occuper de ma vie, s'en occupent mal. C'est le seul pouvoir qui nous reste, parler ou écrire.

Je reprends donc mes chroniques, avec quelques échappées photographiques.

Bises

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...