Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
06 Mar

Le fantôme de Reykjavik d'Arnaldur INDRIDASON aux Ed. Métailié

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #LIVRES

Avis paru dans BABELIO

Un policier à la retraite en Islande enquête sur ...plusieurs délits simultanément, sans trop savoir si ceux-ci sont liés entre eux ou pas. Comme tout le monde se connaît à Reykjavik, le mode de la police d'un côté, les malfrats et autres méchants de l'autre. Il y a toujours chez Indridasson un vocabulaire qui classe d'emblée les personnes nuisibles d'un côté, les victimes de celles-ci, et les redresseurs de tort, bardés de bonnes intentions, et fatigués de devoir retrouver sur leur chemin quelques salauds notoires. La ténacité des enquêteurs, leur obstination, celle de Konrad, force le respect et l'on se prend à essayer de deviner le pourquoi de cette quête de vérité. L'explication est simple, tuer le père une deuxième fois, voire une troisième en découvrant les turpitudes d'un homme franchement antipathique dont la mort violente restera une énigme à la fin de cet opus. Les milieux sont clairement délimités, le spiritisme en est un, quelques pratiquants, scepticisme ambiant vis à vis de ces "croyances", lèvent un lièvre et alimentent l'intime conviction du policier à la retraite qu'un fait divers accidentel ne l'est pas.
Intéressant de voir l'évolution de la capitale, petite ville, principale agglomération d'un pays tout neuf, au taux de criminalité assez faible au demeurant, ce qui nous rapproche de l'enquête, peu parasitée par des évènements extérieurs.
Comme je l'ai déjà mentionné, je visualise le cadre urbain, y ayant séjourné par deux fois, s'y promener à la nuit tombée n'a rien d'anxiogène.
L'Islande est un pays tranquille, vous l'aurez compris, y construire une intrigue policière, voire plusieurs, demande un souci du détail, chaque élément se doit d'être à une place déterminée, rien de très spectaculaire si ce n'est l'extrême violence des "méchants", sombres psychopathes, comme si le mal absolu s'était concentré en quelques individus, évitant ainsi aux autres protagonistes la souillure des horreurs commises.
J'attaque bientôt la suite, espérant secrètement voir Konrad résoudre son problème : qui a tué son père ?

 

Image / Reykjavik / 2012

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...