Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 Jul

Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021
Clins d'oeil / Il est 08h07, nous sommes le 26 Juillet 2021

Le numéro double de Courrier International, milieu d'été, évoque l'amitié.

Wouah ! Pas très original, concours de lieux communs et de banalités mille fois entendus ? Pas tant que ça. Les mois passés ont mis en relief la nécessité des relations humaines, quelles qu'elles soient, sociales, amoureuses, amicales et l'absence de celles-ci, en creux, qui souligne une grande solitude, un isolement réel ou...un abandon. Les confinements successifs, l'évocation de ceux-ci suscitent aujourd'hui une peur réelle, un retour à une obligation que seuls les sociopathes patentés souhaitent. J'ai besoin de mon prochain. Ce fut le moment pour beaucoup de faire le point, de compter ses véritables ami(e)s, de regarder en face pourquoi cette personne ne vous appelle plus, pourquoi untel ne répond plus à vos messages sur Messenger ou What's app, de vous souvenir de l'étonnement accompagnant la lecture d'un texto d'une amie, que vous croyiez perdue à jamais, suscitant un flot d'images souvenirs, vous noyant dans une nostalgie bienheureuse. La puissance des sentiments qui nous lie ne s'explique pas toujours. Bien sûr, le fameux "lien social", relation lié au travail, à un loisir commun, à une rencontre fortuite dans le métro, enclenche un échange de regards des paroles échangées, un salut amical et la certitude que nous reverrons cette personne.

Aujourd'hui, les liens se tendent, se distendent jusqu'à rompre. Ils se renforcent, les amitiés se lient, plus fortes que jamais. La culture des antagonismes prend une tournure étrange, sur des sujets, des ressentis que l'on s'étonne de voir si différents. La pandémie se prolongeant, il est nécessaire de construire une approche, une manière de vivre avec, une méthode de contournement aussi, apparaissent alors des fractures entre des êtres qui se croyaient soudés, des antagonismes impossibles à concilier mettant en jeu des conceptions de l'existence, car c'est de cela qu'il s'agit : le problème existentiel dont on se moque tant quand tout va bien est remonté à la surface.

Cet ami, que je croyais connaître, s'avère être un pleutre, l'autre, un irresponsable, la troisième est devenue une obsédée du complot, etc... autant de jugements définitifs que je porte, hâtivement, n'en doutons pas. Et moi, qui suis-je dans ce raidissement intellectuel global, ce manichéisme caricatural ? Vu d'en face, je ne vaux pas mieux !

Les dégâts peuvent être considérables, irrémédiables. Ils peuvent être reconstruits, c'est le propre de l'homme que de reconnaître ses erreurs, de faire les pas nécessaires à la préservation de ces attaches, de re-créer les conditions d'autres types de liens, de trouver d'autres ami(e)s;

Les réseaux sociaux, tant décriés, ont une utilité, si je les oriente vers une pérennisation de mes amitiés lointaines, fi des relations de proximité, impossible en temps de pandémie, cultivons intelligemment les terres en friche d'accointances intellectuelles ou autres.

Rien d'antinomique avec l'amitié de terrain, un complément indispensable, une interaction solidaire apparaît. La bonne surprise se trouve dans l'imbrication de ces deux types de relations. Je fus fort heureux de créer un "spot" de contacts entre gens ne se connaissant que par mon intermédiaire. La pérennité reste à établir, l'avenir nous le dira.

Et l'amour, me direz-vous ?

Bonne question.

Bonne journée

Bises

P.S : Images grenobloises

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...