Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
03 Oct

Le rire des déesses d'ANANDA DEVI aux Ed Grasset

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #LIVRES

Les castes sont une constante en Inde, malgré les évolutions, les décrets divers et les pressions internationales. La condition féminine y est très dégradée, et derrière celle-ci, le comble de l'indignité, la prostitution y revêt un caractère abject. L'animalité de l'homme y prend une forme consciente que l'on ne croit pas de ce monde, juste du domaine du fantasme inavouable. le roman dont il est question ici est-il un fantasme inavouable ? Ou une réalité inavouée?  La question mérite d'être posée tant les images insoutenables, les descriptions à la limite du supportable revêtent par moments les habits de la complaisance malsaine. Les plus bas instincts y sont exposées, l'enfance bafouée, la toute puissance de l'argent, le fatalisme outrancier y sont étalés comme autant de signes distinctifs, fruit de siècles de traditions, version dévoyée de rites religieux, dégénérescence absolue.
La marche vers Bénarès, catharsis d'une violence extrême, aboutira à ce que l'on attend, à ce que l'on espère depuis le début, fin ultime du voyage vers l'innommable. Trop facile conclusion qui ne peut éluder le pourquoi d'un tel étalage. La vengeance n'efface pas le pêché originel.
Même si je sais que ceci peut être de mon monde, sur la même planète, je me pince pour ne pas me réveiller d'un cauchemar.
Je suis, il est un homme et d'autres qui ne savent pas s'ils ou elles sont des hommes ou des femmes sont aussi des êtres de chair et de sang, qui peuvent souffrir, méritent un minimum de respect.

A lire avec précaution.

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...