Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 Dec

C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021
C'était quoi la question ? Il est 06h31, nous sommes le 16 Décembre 2021

Les images d'hier après-midi nous montrent une couleur grise, comme dans une nouvelle de Lovecraft, La couleur tombée du ciel, dont je vous épargnerais la chute. Ici, plus tranquillement, un petit café à "La cabane des pêcheurs", café-restaurant installé à Martin-plage, initiative sympathique à encourager. Le gris de Décembre, 7 degrés, frais et humide, nous inciterait presque à chercher des contrées plus ensoleillées pour passer Noël, ce que je pratiquais il fut un temps.

De Décembre 2021 à Avril 2011, un saut dans le temps que permet la technologie, banal et salutaire. Le soleil brille de mille feux, Madère en ce mois d'Avril il y a dix ans. Ce fut moins chaleureux que prévu. En effet, c'est un peu tôt dans la saison, et le voyage-séjour organisé par le C.E est limité par un budget de plus en plus étriqué, les effectifs de l'entreprise fondent à vue d'oeil et avec eux, l'argent nécessaire à un séjour en haute saison.

Vous noterez la présence d'un chien, le mien et de moi-même profitant d'une pelouse et d'un soleil radieux, moments de bonheur dont j'étais parfaitement conscient, fragiles instants dont on se demande plus tard ce qui put les interrompre. Allez savoir...Le temps et la mémoire sélectionnent, fugitives incartades, les images restent, je collectionne, non par nostalgie, il reste de bons moments à vivre. J'aime à rafraîchir ces épisodes de sérénité, j'y puise si besoin est, une énergie quand elle vient à manquer.

Le soleil manque, la luminosité blafarde plombe l'humeur. Les occupations en intérieur priment sur les balades oxygénantes. Le sable et le ressac me voient, écharpe et doudoune, bonnes chaussures sont de sortie.

L'actualité reste égale à ce qu'elle est, une succession de misères du monde, de déclarations hypocrites et fausses.

J'ai lu hier un polar ayant pour cadre le Mené, que je conseille, à lire l'avis de lecture. Et je suis reparti vers de nouvelles aventures, sud-américaines, "Le ghetto intérieur", conseil de lecture d'une proche relation.

Autre lecture ce matin, un article du Monde diplomatique, l'Histoire est un éternel recommencement, sur l'Etat de Virginie au 17ème siècle, qui n'existait pas en tant que tel. Avant l'esclavage organisé, le commerce triangulaire, il y eût l'exploitation d'anglais par d'autres anglais, arrivés avant eux, sur les plantations de tabac, système de servage, contrat de 5 à 7 ans suite auquel on donnait, ou pas, un capital ou un lopin de terre. La loi du plus fort prédominait, le royaume était fort loin, ce qui faillit en ce milieu de siècle, couler la région, la cupidité finit par franchir les frontières et les volontaires se raréfièrent. Le début de la traite des esclaves, non organisée à cette époque, pallia à ce tarissement de main d'oeuvre. Tel fut le début de l'esclavage en Amérique du Nord.

La cupidité est devenu le maître-mot, encadré et perfide. La brutalité physique n'est plus de mise dans nos contrées dites civilisées, insidieux serait le qualificatif le mieux à même de traduire l'obligation qui nous ait faite de gagner le droit d'acheter une insigne partie de l'abondance qui nous est proposée, frustrations organisées en cette période d'agapes. Vous avez le droit de résister aux sirènes perverses de la consommation, conscients que vous êtes de l'esclavage que cela entraîne.

Je rêve, ladite conscience n'appartient qu'à celles et ceux qui en ont les moyens, subtil et définitif cercle infernal dans lequel vous êtes, vous, enfermés, comme moi. Je n'ai pas cultivé la différence entre les deux auxiliaires à la grammaire si complexe : Etre ou avoir.

Les deux peut-être ? Demandez à celles et ceux qui SONT, elles et ils ONT, aussi. Conjugaison à la phonétique détestable !

That is another question.

Bonjour chez vous

Bises

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...