Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
06 Jan

Acide Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022
Acide  Il est 07h53, nous sommes le 6 Janvier 2022

Le principe des séquences photos est de prendre plusieurs images au même endroit, de corriger chacune, en lumière, en saturation des couleurs et de discerner les différences. Si vous voyez des nuances, c'est bon, j'ai réussi mon coup, sinon, c'est nul et j' retourne. Comme j'y vais souvent depuis seize mois que je suis ici, imaginez ce qu'il reste. Un peu comme Vivian MAIER, photographe amatrice anonyme, qui l'est moins aujourd'hui, dont il reste cependant à découvrir des centaines de clichés. C'était du temps de l'argentique. Un peu de Cartier-Bresson, de Diane Airbus, Eugene Atget, grands photographes du XXème siècle, vous aurez une idée du talent de cette femme. Elle avait ses manies, comme de tout garder. Un documentaire est passé sur France 4 avant-hier, intéressant quoique certains passages relevaient du règlement de comptes post-mortem, détestables témoignages d'enfants devenus adultes, qu'elle avait gardés. Elle était gouvernante aux USA. Personnage énigmatique, féministe avant l'heure qui fut assurément une grande photographe, psycho-rigide aussi mais personne n'est parfait. Globalement, ce doc était instructif, notamment sur la prise de vues avec un 6x6, regard en contre-plongée qui donne au sujet photographié une force étonnante. Je n'en suis pas là, les 6x6 existent encore, chers et les tirages sont hors de prix, si l'on veut une bonne qualité. De plus, l'habitude du résultat immédiat  fausse l'appréciation, l'attente est aujourd'hui une torture.

Tout le plaisir est dans l'attente a dit quelqu'un.

La campagne électorale bat son plein. Les files d'attente s'allongent pour faire des tests et il se trouve des personnes désagréables avec le personnel médical. La peur est vraiment mauvaise conseillère. Il y a des jours à désespérer de l'espèce humaine. Je lis que les parents doivent faire tester leurs enfants très fréquemment. Je me demande dans quelle mesure le remède n'est pas pire que le mal, si vous rajoutez le masque, c'est juste l'enfer pour les gamins. Vu le taux de maladie chez l'enfant, le taux de vaccination chez les parents, le principe de précaution affiché relève de la paranoïa systémique, à rapprocher de ma lecture actuelle :

J'ai commencé un livre russe, d'Evgueni Zamiatine intitulé "Nous", écrit en 1920. Etonnante écriture pour l'époque, ouvrage précurseur, dystopie ô combien prémonitoire, qui valût à son auteur quelques ennuis dans son pays mais qui n'en eût pas  à l'époque, Il put finir ses jours tranquillement ailleurs.

Jusqu'ici, tout va bien : chaque jour, je regarde les contraintes liées à ma future escapade sud-américaine en Mars, qui sera sans doute une des dernières hors-Europe, vu les conditions sanitaires d'une part, et le flot de remarques douce-amères sur mon irresponsabilité supposée de pollueur patenté. Le voyageur n'a plus la cote, à une époque où beaucoup se contenteront d'images filmées par d'autres.

J'ai une curieuse impression depuis ma retraite de la vie professionnelle, celle d'enlever petit à petit les différentes peaux qui m'encombraient jusqu'alors, les différentes illusions qui m'habitaient, que je perds petit à petit, comme une mue, le serpent perd sa peau chaque année, moi, je me déshabille, couche par couche. Peut-être vais-je toucher à l'essentiel, qui sais ?

Je vous laisse, j'ai une nouvelle à finir pour mon atelier d'écriture. J'en cherche la chute que je souhaiterai d'une ironie acide.

Bonne journée

Bises

J'ai remis une image d'hier qui a été appréciée, je l'aime bien aussi.

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...