Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 Sep

Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022

Publié par gilles cochet  - Catégories :  #HUMEURS

Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022
Je ne savais pas / Il est 07h56 le 26 Septembre 2022

Une séquence à la plage repose en ce dimanche après-midi.

Pas de bain de mer, une personne dans l'eau en tenue de bain, les autres sont en combinaison. La saison a changé, nous allons attaquer les mois à la lumière déclinante.

Un film hier soir, "La chute" sur les derniers jours d'Hitler est une introduction parfaite à la saison froide. Montrer le dictateur allemand, l'incarnation du mal est un pari un peu fou. L'interprétation de Bruno Ganz donne un corps à ce qui est perçu de manière symbolique et lointaine. La folie (?) d'un homme suivi dans son monde par des millions de gens est ici soulignée, dans ses derniers jours.

Goebbels dit : "les jeux sont faits". Si l'on peut dire, je ne vais pas plaindre un peuple qui nous a suivi rajoute-t-il en écho à ce que proférait son maître quelques minutes plus tôt. L'effrayant manque de compassion, l'absence totale d'empathie complètent le tableau et ne rendent pas ces personnages sympathiques. Incarner le mal pouvait donner à l'homme Hitler une enveloppe "sympathique", dire aux spectateurs : Regardez, cet homme aime son chien, il peut sourire...

Non, et c'est le jeu de l'acteur qui assoit définitivement la monstruosité du leader qu'il fut. Ces compagnons le suivent dans une servilité suintant la peur, un fanatisme religieux que l'on retrouve chez les fous de Dieu, toutes religions confondues. Le nazisme fut une secte qui eut un timing parfait, en accord avec la marche de l'histoire, grande dépression, boucs émissaires et appareil répressif hors norme.

Il est tentant de regarder les élections italiennes avec un recul historique troublant. Mussolini, inspirateur à peine masqué de la future cheffe de gouvernement était un grand complice d'Hitler. La filiation idéologique est réelle, le terreau est le même. L'intégration européenne atténue la portée d'une élection nationale tout en soulignant sa fragilité, accentuée par le départ de la Grande-Bretagne. Le peuple souverain décide, comme outre-Manche.

Contrairement au film précédemment cité, la leader d'extrême-droite n'a pas œuvré...Rome en 2022 n'est pas Berlin en 1945.

Se poser les bonnes questions ne suffit pas, encore faut-il apporter les bonnes réponses...au moment opportun. La démocratie élective permet à chacun de s'exprimer. Hitler fut élu, ne l'oublions pas.

Bonne journée

Bises

P.S/ En postface du film, il y a une interview de la secrétaire d'Hitler, beaucoup plus tard qui fait son mea culpa sur l'air de "si j'avais su". Une dame normale synthétise assez ce qu'est la responsabilité individuelle au sein d'une collectivité. Si elle, ne savait pas, qui alors ?

Commenter cet article

Archives

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...