Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le diable est dans les détails

Publié par gilles cochet

Le diable est dans les détails

Le journal Rivarol n'en demandait pas tant; ce journal d'extrême-droite, en proie à de grosses difficultés financières, fait la une de ses confrères suite à l'interview donnée par JM Le Pen. Celui-ci fait -encore- vendre du papier mais la récente poussée de son parti aux élections lui donne une audience inespérée. Fidèle à lui même dans l'outrance, il gêne aujourd'hui jusque dans ses propres rangs. Le parti qu'il a fondé, dirigé par sa fille, cherche à se refaire une virginité, le but est le pouvoir. On arrête les provocations, on propose des solutions aux problèmes des français dont on se veut le représentant authentique, le seul parti qui parle au peuple, proche des gens, loin de l'élitisme technocratique des partis au pouvoir depuis un demi-siècle. Le Front National n'est plus ce parti provocateur dont le seul rôle était de faire parler de lui, exit le vieux, maintenant, on passe aux choses sérieuses. Je ne voudrais pas les décevoir mais il me semble que, contrairement aux frayeurs médiatiques, il y a fort à parier que celui-ci n'arrivera jamais au pouvoir. Je ne m'aveugle pas mais dans son souci de laver plus propre, le FN s'enferre dans ses propres contradictions. Les économistes assermentés de ce parti ont des propositions, en dehors de leurs potentielles conséquences catastrophiques, très interventionnistes. L'Etat, dans leur logique nationaliste, doit reprendre la main et bouter hors de nos frontières toute institution transnationale, nationaliser certains secteurs économiques sensibles, maintenir les 35 heures et, comme on le sait, sortir de la zone Euro. Certaines de ces mesures ne dépareraient pas dans un programme de gauche, la comparaison s'arrête là. Le mélange entre les diatribes traditionnelles contre l'immigration, pour une sécurité renforcée et ces mesures économiques ne prend pas. N'oublions pas que c'est un parti de droite dont les électeurs sont par tradition contre un Etat trop présent et si ce parti gagne des voix aujourd'hui, c'est encore sur des thèmes sécuritaires. Quand viendra l'heure de détailler les mesures économiques, ou iront ces électeurs, effrayés par tant d'audace étatique ? Sarkozy ne s'y est pas trompé en appuyant sur ce détail, et pour cause, le premier bénéficiaire est la droite classique, libérale qui, si elle récupère les thèmes liés à la peur de l'étranger, n'en reste pas moins fidèle à un credo économique ultra libéral, moins d'état, moins d'impôts, moins de fonctionnaires. Et la gauche dans tout ça ? Ce qu'il restait de sensibilité de gauche au gouvernement a disparu dans une politique néo-libérale teintée de social, une loi fourre-tout dite loi Macron que ne renierait pas l'opposition actuelle. En 2017, on peut prédire sans trop prendre de risque le résultat. Je souhaite de tout coeur que la "vraie" gauche se rende à nouveau audible, il y a tant de choses à faire, tant de possibles pour rendre au discours politique français un peu de dignité et d'honnêteté morale et intellectuelle. Faites tomber les masques, tous ! L'extrême-droite est à droite et le parti de la famille Le Pen n'est pas un parti de gouvernement, rien n'a changé et, pour conclure, le Parti socialiste n'est pas au pouvoir pour servir une économie de marché débridée dont la dernière trouvaille, le Traité transatlantique risque de nous livrer pieds et poings liés aux groupes transnationaux.

À propos

Actualité des voyages, informations et photos du monde. Avis et renseignements pratiques.. Tourisme...